Chargement...

Chirurgie du cancer de la peau

Docteur Romain Lavocat - Chirurgien plastique à Bordeaux
Chirurgie plastique / Cancer de la peau

Dans quel contexte envisager une chirurgie du cancer de la peau ?

  • Il existe plusieurs types de cancers de la peau que le chirurgien plasticien traite lorsque le diagnostic est fait et transmis par le dermatologue.
  • Le retrait du cancer de la peau peut être délabrant et le chirurgien plasticien est alors sollicité pour reconstruire la perte de substance induite.
  • Les kératoses actiniques sont des lésions précancéreuses qui surviennent chez des patients à la peau claires et exposés au soleil de façon chronique. Si la lésion évolue vers un carcinome épidermoïde, le chirurgien peut être sollicité.

Quels sont les objectifs de l'intervention ?

  • Le carcinome basocellulaire représente le type le plus fréquent. Il est représenté par une papule ou « perle » ferme, indolore. L’exérèse est parfois délabrante. Ce cancer de la peau ne donne jamais de métastases mais peut récidiver localement en cas d’exérèse initiale incomplète. Un traitement médical peut être discuter dans certains cas bien particuliers.
  • Le carcinome épidermoïde est une lésion plus infiltrante qui peut s’ulcérer et saigner. Son traitement se fait dans le cadre d’une réunion de concertation pluridisciplinaire.
    • Ces cancers apparaissent souvent sur lésions préexistantes : cicatrice chronique, kératose actinique, exposition solaire chronique, etc...
    • Des métastases ganglionnaires peuvent apparaitre nécessitant un traitement le plus précoce possible pour ce type de cancer.
    • L’ablation de la lésion est plus délabrante avec nécessité de retirer environ 10 mm de peau saine autour du cancer.
    • Un traitement complémentaire par radiothérapie peut être proposé dans certains cas.
  • Le mélanome : Lésion qui apparait chez le sujet plus jeune en général et qui est lié à l’exposition solaire : membre inférieurs chez la femme et tronc chez l’homme sont les zones les plus fréquentes.
    • Il apparait sur peau saine le plus souvent et que dans un tiers des cas sur « grain de beauté » préexistant.
    • Le mélanome de Dubreuilh survient chez la personne âgée : tâche pigmentée sur le visage d’évolution lente et superficielle puis invasive.
    • Le mélanome nodulaire : nodule pigmenté parfois ulcéré évoluant rapidement.
    • Le pronostic dépend de la précocité du diagnostic. L’examen régulier de la peau par un dermatologue est donc essentiel.
    • L’indice de Breslow correspond à l’épaisseur de la prolifération tumorale et est le critère essentiel du pronostic. Il est déterminé après le geste chirurgical initial ou la biopsie de la lésion.
    • Le traitement est chirurgical et enlève la tumeur et des marges de peau saine autour de la lésion de 1 à 2 cm. Des traitements complémentaires comme l’étude des ganglions lymphatiques et chimiothérapies sont souvent nécessaires.
  • Pour ces 3 types de cancers de la peau, la chirurgie va enlever la lésion avec des marges de peau saine. C’est ce qui rend le geste délabrant localement.
  • Ces marges de peau saine varient de 3 mm à plus de 2 cm dans certains mélanomes.
  • La chirurgie traite la maladie et reconstruit ensuite la perte de substance cutanée.
  • Des procédés comme des greffes de peau prise sur une autre partie du corps ou des transferts de peau et tissu sous cutané situé au pourtour appelé lambeaux sont couramment utilisés.

En quoi consiste l'intervention ?

  • Le patient est vu en consultation soit adressé par un dermatologue avec le diagnostic de cancer de la peau soit spontanément pour une lésion gênante sur le plan esthétique ou douloureuse.
  • Le diagnostic est histologique c’est-à-dire par étude des tissus de la lésion qu’aura prélevé le médecin. Ces tissus sont prélevés par biopsie, prélèvement d’un morceau de la lésion sous anesthésie locale au cabinet, ou par exérèse complète de la lésion au bloc opératoire en cas de forte suspicion.
  • Le geste chirurgical est le plus souvent réalisé sous anesthésie locale mais la reconstruction après ablation du cancer peut se faire sous anesthésie générale.
  • La zone de retrait de la tumeur est parfois laissée « ouverte » et couverte par un pansement cousu temporaire. L’explication est l’attente de l’analyse de la lésion et de ces marges. Une quantité définie de peau saine doit être retirée autour de la lésion et seule l’analyse au microscope qui prend plusieurs jours le précise.
  • L’attente des résultats de l’analyse des tissus prend entre 4 et 10 jours en moyenne. Des pansements quotidiens simples sont alors effectués.
  • Un 2ème geste chirurgical est donc souvent nécessaire afin de reprendre les marges de peau saine en cas d’exérèse insuffisante initiale ou pour reconstruire la zone.
  • Les fils de suture souvent non résorbables sont laissés en place de 7 à 15 jours.

Quels sont les suites opératoires ?

  • Les pansements sont variables selon le procédé de reconstruction : simple en cas de suture seule et lambeau local, plus complexe et long en cas de greffe.
  • La cicatrisation initiale dure en moyenne de 10 jours à 1 mois.
  • La lésion retirée et la zone cicatrisée, commence le temps de la maturation cicatricielle.
  • Celle-ci dure entre 12 et 24 mois. La cicatrice est parfois rouge et boursoufflée et cela est normal. Des massages et crèmes pourront aider à soulager ces symptômes mais seul le temps guérit une cicatrice.
  • Celle-ci ne disparait jamais, elle s’estompe et souvent très fortement.
  • L’éviction socio-professionnelle est comprise entre 10 jours et plusieurs semaines en cas de reconstruction complexe.
  • Les douleurs sont modérées et bien soulagées.
  • Les complications locales sont celles d’une cicatrice récente : désunion de la suture, infection locale, cicatrice hypertrophique pour les principales.
  • Une récidive du cancer de la peau est toujours possible et l’essentiel est la surveillance post opératoire par un dermatologue à vie et ce 2 fois par an les premières années.

Quels sont les résultats attendus ?

  • La guérison est le résultat attendu.
  • La reconstruction doit se faire sans détruire les tissus environnant ce qui n’est parfois pas simple. Reconstruire sans détruire est l’objectif du chirurgien.

Chirurgie du cancer de la peau : tarifs et prise en charge par l'assurance maladie

  • La prise en charge par l’assurance maladie est automatique. Votre médecin traitant réalise un protocole de soins pour prise en charge à 100%.
  • Des dépassements d’honoraires sont facturés avec tact et mesure et pris en charge tout ou partie par votre complémentaire de santé.
  • Un devis vous sera remis en consultation car il est impossible de donner une fourchette tarifaire sans examen de la lésion et du procédé de reconstruction nécessaire.

Questions fréquentes sur le cancer de la peau

Est-ce qu’un cancer de la peau peut donner des métastases ?
Oui pour le mélanome et le carcinome épidermoïde, non pour le carcinome basocellulaire qui reste local.
Quel est le risque de décès avec un cancer de la peau ?
Cela dépend du type de lésion. Le carcinome basocellulaire n’est pas mortel et évolue localement mais peut être très délabrant si le diagnostic tarde. Le carcinome épidermoide et le mélanome peuvent entrainer un décès, cela dépend de facteurs pronostics complexes.
Comment prévenir un cancer de la peau ?
La protection solaire est la clé. La multiplication des coups de soleil et une exposition chronique aux mauvaises heures sont des facteurs de risque majeurs.
A quel rythme dois-je voir mon dermatologue après un cancer de la peau ?
Cela dépend du type de lésion mais le calendrier classique est le suivant : 2 fois par an pendant 5 ans puis 1 fois par an à vie.

Complément d'information sur la chirurgie du cancer de la peau

Téléchargez gratuitement la fiche SOFCPRE au format PDF ou rentrez en contact directement avec le cabinet du Dr Romain Lavocat pour toute demande d'information supplementaire ou prise de rendez-vous.